logo_mairie_de_paris_44d9d.png

L'endométriose c'est quoi ?

Marche mondiale pour l’endométriose

L’endométriose reste encore une maladie énigmatique et mystérieuse dont on ne connaît pas précisément les causes bien qu’ayant été découverte en 1860.

C’est « une maladie multifactorielle, résultant de l’action combinée de facteurs génétiques et environnementaux, et de facteurs liés aux menstruations » qui se caractérise par la présence de tissu semblable à l’endomètre en dehors de la cavité utérine.

Ces cellules semblables à celle de la muqueuse qui tapisse l’intérieur de l’utérus (l’endomètre) se trouvent sur différents comme : pelvis, péritoine, ovaires, vagin, trompes, ligaments utéro-sacrés, rectum, vessie, intestins…

Il existe plusieurs formes d’endométriose :

  • Endométriose pelvienne minime

  • Endométriomes ovariens

  • Endométriose profonde (infiltrant la vessie, les uretères et/ou le rectum)

  • Endométriose extra-pelvienne (pariétale, diaphragmatique, thoracique)

Il existe également une forme interne au muscle de l’utérus: l’adénomyose.

Ce tissu peut exceptionnellement se retrouver sur d’autres organes comme les poumons, le diaphragme, les reins, les cicatrices cutanées, les nerfs sacraux pelviens, le nombril ou même le cerveau (localisations ectopiques).

Aucune localisation ne peut être véritablement exclue et les témoignages de patientes et de médecins confirment que les cas graves sont de plus en plus nombreux, et cela certainement sous le double effet de la pollution environnementale croissante et des progrès de l’imagerie pour le diagnostic.

Les foyers d’endométriose, en dehors de l’utérus, réagissent comme l’endomètre aux fluctuations hormonales survenant lors du cycle menstruel. Sous l’influence de ces fluctuations, ils s’épaississent, saignent mais ne peuvent être évacués par les voies naturelles lors des règles.

Cela provoque aux endroits où ils se trouvent, des lésions, nodules ou kystes ainsi que des réactions inflammatoires avec formation de tissu cicatriciel et d’adhérences accolant les organes avoisinants entre eux et empêchant ainsi leur bonne mobilité et leur bon fonctionnement.

Tout ce processus peut être extrêmement douloureux même s’il faut noter qu’il n’y a pas de corrélation entre la taille des lésions ou le stade de la maladie (notion de moins en moins utilisée) et la douleur ressentie. Il faut aussi dire que l’endométriose n’a pas systématiquement de conséquences pathologiques.

Il n’existe pas une, mais des endométrioses.

Elle est aussi la première cause d’infertilité en France et est souvent détectée dans le cadre d’un désir d’enfant.

Retrouvez le dossier thématique de l’INSERM sur l’endométriose

Schemas.png
Flyer-ENDOmind-recto_001.jpg
Copie de Mode Photo Printemps Vacances S
Visuels Actus Site internet
Visuels Actus Site internet (4)
Visuels Actus Site internet (5)
Visuels Actus Site internet (3)
Visuels Actus Site internet (6)